marraine


marraine

marraine [ marɛn ] n. f.
• 1080 marrenne; lat. pop. matrina, de mater « mère »
1Femme qui tient (ou a tenu) un enfant sur les fonts du baptême. Le parrain et la marraine. Vx commère. Marraine qui gâte son filleul. Oui, marraine.
2(1690) Femme qui préside au baptême d'une cloche, au lancement d'un navire.
3(1914-1918) Jeune fille ou femme qui prend soin d'un soldat, l'« adopte », lui envoie des colis. Marraine de guerre.
⊗ HOM. Marennes.

marraine nom féminin (latin populaire matrana, variante de matrina, de mater, mère) Femme ou fille qui accompagne un candidat au baptême et le plus souvent qui le tient sur les fonts baptismaux au moment du baptême. Celle qui préside au baptême d'un navire, d'un ouvrage d'art, d'une cloche, etc. Celle qui présente quelqu'un dans un club pour l'y faire entrer. ● marraine (expressions) nom féminin (latin populaire matrana, variante de matrina, de mater, mère) Marraine de guerre, correspondante d'un soldat pendant une guerre. ● marraine (homonymes) nom féminin (latin populaire matrana, variante de matrina, de mater, mère) marennes nom féminin

marraine
n. f.
d1./d Celle qui tient, a tenu un enfant sur les fonts baptismaux et s'est engagée à veiller à son éducation religieuse. Syn. (Louisiane) nénène.
d2./d Celle qui préside à la cérémonie de baptême d'une cloche, d'un navire, etc.

⇒MARRAINE, subst. fém.
A. — Personne de sexe féminin qui tient un enfant sur les fonds baptismaux et qui est souvent appelée à remplacer les parents en cas de décès ou de carence de ces derniers. Être la marraine de qqn; porter le nom de sa marraine; avoir, choisir qqn pour marraine. Je serai marraine, n'est-ce pas? Oh! quels beaux noms je lui donnerai: Ghilfuccio-Tomaso-Orso-Leone (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p.180):
1. La fonction de la charge de parrain ou de marraine crée un lien mystique entre le parrain et le filleul, la marraine et la filleule, bien plus puissant que certaines attaches consanguines. Dans bien des provinces, le parrainage donne naissance à une affection prononcée, souvent plus confiante que celle accordée au père, si bien que toute la vie, le filleul demande conseil ou confie ses secrets plus volontiers à son parrain ou à sa marraine qu'à ses parents (Bourbonnais).
MENON, LECOTTÉ, Vill. Fr., 1, 1954, p.80.
♦[En fonction appellative, parfois suivi d'un nom propre] Marraine Fleur-de-Lys, voyez donc ce que la chèvre vient de faire! (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p.289). Vous croyez qu'il m'écoutera, marraine? (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p.105).
P. métaph. [En parlant de qqc. qui préside à la destinée de qqn] Rodolphe, qui avait eu la prodigalité pour marraine, dépensait toujours sa pension en quatre jours (MURGER, Scène vie boh., 1851, p.104).
B. P. anal. [Désignant une pers.]
1. [Considérée en relation avec qqn]
a) Personne de sexe féminin qui protège quelqu'un et, en partic., l'aide à s'introduire ou à s'imposer dans un certain milieu. La duchesse de Norfolk et la comtesse de Sussex vous attendront dans le premier salon (...). Vos deux marraines vous introduiront alors chez Sa Majesté (DUMAS père, Laird de Dumbiky, 1844, III, 5, p.100):
2. Il était évident que Mrs Wyndham s'intéressait à lui. Elle l'admirait et pouvait le servir (...). Pendant la campagne, elle joua pour lui le rôle de marraine électorale. Disraëli lui écrivit des lettres aimables où il disait son plaisir de voir leurs deux noms réunis sur les affiches.
MAUROIS, Disraëli, 1927, p.105.
b) Marraine (de guerre). Femme ou jeune fille qui, en temps de guerre (surtout 1914-18), s'occupait moralement et matériellement d'un soldat du front. Entre parenthèses, ce qu'ils m'ont laissé tomber, les types de l'A. F., surtout depuis que je suis à l'arrière. Même ma marraine. Quand j'étais sur le front de Champagne, elle ne ratait pas de m'écrire tous les huit jours. Et des paquets! Et des phrases tendres à vous tourner la tête! Et de tout (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.237).
2. [Considérée en relation avec qqc.] Personne de sexe féminin qui préside à l'inauguration de quelque chose, qui lui donne son nom. Rien du Sèvres dont Mme de Pompadour fut la marraine (GONCOURT, Journal, 1860, p.780). Le puits Delphine et sa marraine (DUHAMEL, Passion J. Pasquier, 1945, p.76).
Usuel. [Lors du baptême d'une cloche, du lancement d'un bateau] V. baptiser ex. 4 et filleul ex. de Ponchon.
Prononc. et Orth.: [], [-], [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 marrene (< :anme ) «personne qui assiste le baptême d'une personne âgée» (Roland, éd. J. Bédier, 3982); 2. p. anal. 1690 «celle qui préside le baptême d'une cloche» (FUR.); 3. p. ext. 1915 marraine pour soldats au front (Le Journal du 16 mars, 1re p., 1re col.); 1916 marraine de guerre (Intermédiaire des chercheurs et des curieux, LXXIV, 311). Issu, avec substitution très anc. du suff. -ana au suff. -ina, du lat. pop. matrina (cf. lat. médiév. matrina spiritalis de Fonte et Confirmatione att. en 753 ds DU CANGE), dér. du lat. class. mater, -tris «mère», d'apr. patrinus (parrain). La forme marrine survit dans de nombreux dial. (v. FEW t. 6, 1, p.499b). Les termes marraine et parrain, qui mettaient l'accent sur les rapports que les parrains avaient avec l'enfant, ont remplacé commère et compère qui exprimaient les rapports des parrains avec les parents de l'enfant et des parrains entre eux. Fréq. abs. littér.:291. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 274, b) 698; XXe s.: a) 650, b) 238.

marraine [maʀɛn] n. f.
ÉTYM. XIIIe; marrenne, 1080; d'un lat. pop. matrina, de mater « mère ».
1 Femme qui tient (ou qui a tenu) un enfant sur les fonts du baptême. Commère (vx). || Le parrain et la marraine de qqn. || Fonction de marraine. Parrainage (marrainage serait plus normal). || Marraine qui gâte son filleul. || Porter le prénom de sa marraine, un nom choisi par sa marraine (→ Entendre, cit. 5). || Avoir une fée pour marraine (→ Coquet, cit. 10; douer, cit. 2).Marraine, appellation dont use un filleul à l'égard de sa marraine.
1 Dès le samedi soir, madame Lorilleux apporta ses cadeaux de marraine : un bonnet de trente-cinq sous et une robe de baptême, plissée et garnie d'une petite dentelle (…)
Zola, l'Assommoir, t. I, IV, p. 132.
2 (1690). Femme qui préside au baptême d'une cloche, au lancement d'un navire…
2 (…) j'ai vu madame la duchesse, marraine de nos cloches, le jour de Sainte-Andoche, donner à la fabrique cinquante louis en or (…)
P.-L. Courier, Lettres, 12 nov. 1819.
3 (1868). Femme qui en présente une autre dans une société.
4 (Depuis la guerre 1914-1918). Jeune fille ou femme qui se charge d'un militaire, l'« adopte », entretient une correspondance avec lui, lui envoie des colis, le reçoit éventuellement chez elle. || Marraine de guerre.
3 (…) les marraines de guerre (dit Jerphanion), cette admirable invention de l'arrière pour maintenir chez le poilu une légère chaleur amoureuse, dont on escompte bien qu'il la transformera tout entière en ardeur patriotique.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. XVI, XXIV, p. 232.
HOM. Marennes.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • marraine — Marraine. s. f. Celle qui a tenu un enfant sur les fonds. Cette fille a le nom de sa marraine. Sa marraine luy a fait un beau present …   Dictionnaire de l'Académie française

  • marraine — (ma rè n ) s. f. 1°   Celle qui tient un enfant sur les fonts de baptême. •   Pendant le cours de cette ambassade naquit à Venise M. d Argenson ; la république voulut être sa marraine, lui donna le nom de Marc, et le fit chevalier de Saint Marc,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Marraine — Parrain (religion) Pour les articles homonymes, voir Parrain. Le parrain et la marraine ont d abord un rôle au moment de la cérémonie du baptême concernant l entrée dans l Église orthodoxe ou catholique. Ce rôle est plus important pour les… …   Wikipédia en Français

  • MARRAINE — s. f. Celle qui tient un enfant sur les fonts de baptême. Où est la marraine ? Le parrain et la marraine. Cette fille porte le nom de sa marraine …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MARRAINE — n. f. (Féminin de PARRAIN.) Celle qui tient un enfant sur les fonts du baptême. Cette petite fille porte le nom de sa marraine. La marraine d’une cloche, Celle qui, lors de l’inauguration d’une cloche, lui donne un nom. Marraine de guerre s’est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • marraine — nf. mâran na (Cordon, Megève, Morzine, St Nicolas Cha.), marê na (Balme Si., Doucy Bauges), MARIN NA (Albanais.001, Annecy.003, Magland, Thônes.004, Villards Thônes) ; enf., néna nf. (Montendry), nêna (Albertville, St Germain Ta.), nin na (004),… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • marraine — n.f. Femme témoin à charge (arg.) …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • marraine — …   Useful english dictionary

  • Marraine de guerre — ● Marraine de guerre correspondante d un soldat pendant une guerre …   Encyclopédie Universelle

  • Marraine-Fée — Fée marraine « La marraine de Cendrillon creusa la citrouille et, n ayant laissé que l écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré ». Illustration de Gustave Doré de 1867. La fée …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.